Vous êtes ici : Accueil > Patrimoine - Tourisme > Histoire

Formulaire de recherche

Services municipaux

Vivre dans la commune

Marchés publics

Histoire de Viterne

Le village est blotti dans une vallée entourée d'un grand massif forestier de 1200 hectares
(voir rubrique " forêt ") et a su conserver charme et tranquillité d'antan avec son centre authentique et ses nombreuses fontaines.

L'étymologie du nom "Viterne" est incertaine avec cependant plusieurs hypothèses :
" Via terna " de part sa situation géographique à la rencontre de 3 voies,
" Vita aeterna " pour la présence des ses sources abondantes et vives avec une supposée origine thermale et romaine,

" Vitis " qui se rapporte à la vigne qui était une ressource importante du village,
► " Villa Stephani  cum basilica ", version cependant plus contestée et qui concernerait en fait la commune de Villey-St-Etienne.


C'est un village très ancien, des vestiges gallo-romains ayant été recensés sur le territoire de la commune. Au Xème siècle, Viterne fut cédé à l'évêché de Toul grâce à un don de l'empereur Othon 1er du Saint Empire germanique. Ensuite Viterne appartint au fief de l'abbaye de St-Epvre de Toul.
 

Viterne doit son renom depuis des siècles à ses carrières et pierres de roches décoratives.
A savoir que la basilique de St-Nicolas-de-Port et la cathédrale de Toul, entre autres édifices prestigieux , furent réalisées à partir de pierres de la localité. Cette pierre de taille dure et non gélive était toute indiquée pour la construction d'un grand nombre de bâtiments ou monuments historiques lorrains, dont certains sont classés.
Consulter rubrique " notre village ".

C'est le vignoble entourant le village qui contribua à une relative aisance des Viternois au XIXème siècle, les vignerons produisant du vin pour le vendre à Nancy (110ha vers 1850). Tonneliers, brandvilliers, distillateurs et cafetiers commerçaient aussi dans la commune.
Mais le phylloxéra vers 1911 attaqua la vigne et mit un terme à son exploitation, ce déclin amorçant alors un exode rural et une forte décroissance démographique.
De nos jours, quelques exploitations viticoles subsistent encore avec une production destinée à une consommation personnelle. Les petites vendanges permettent des retrouvailles en famille avec partage du casse-croûte dans la bonne humeur.

Viterne comptait 535 habitants vers 1700-1709, ce malgré les ravages causés par la guerre et les maladies. La population évolua rapidement à partir du XVIIIème siècle car les rois de France souhaitaient repeupler les villages de Lorraine. On relèva 1002 habitants vers 1853-1855. Ce n'est qu'après la guerre de 14-18 et la disparition des vignes que de nombreuses familles se déplacèrent vers les mines de Sexey et Maron et l'usine sidérurgique de Neuves-Maisons. En 2016, la population est de 740 habitants.

 

Durant la guerre 1914-18, Viterne fut préservé des bombardements de l'ennemi car le village et ses alentours servaient de bases de repli pour toutes les garnisons de l'Est de la France .
C'est en 1939-45 que Viterne connut ses heures les plus sombres.
Le 15 juin 1940, les Allemands effectuèrent un bombardement bien ciblé sur le village.
" Toutes les portes claquaient, les éclats d'obus tombaient dans toutes les rues" selon un témoignage.
Pour l'anecdote, à signaler un petit miracle durant cette journée, les gens du village entendirent tous une bombe "siffler" mais sans  exploser. L'obus en fait traversa la voûte de l'église pour finir au pied de la statue de Jeanne d'Arc et serait encore encore enfoui dans le sol.

Viterne peut s'enorgueillir d'un patrimoine architectural préservé avec notamment :

ses fontaines et lavoirs remarquables et bien entretenus,
ses croix et calvaires parsemés ci et là,
son église paroissiale réédifiée en 1774 sur les fondations d'un sanctuaire plus ancien,
► un habitat typique du village-rue lorrain avec des demeures anciennes, des maisons-fermes rénovées et de belles façades avec linteaux historiques, frontons et niches décoratives.


Consulter  rubriques " fontaines et lavoirs " - " croix et calvaires " - " édifices ".
 

Personnages célèbres :
Consulter également la rubrique " portraits ".

François Boileau, ancien chirurgien des Armées de Napoléon qui aurait trouvé des vertus "curatives" à l'une des sources de Viterne.
Né à Viterne en 1786 ,il revint au village après ses campagnes napoléoniennes pour exercer en tant que médecin. Son dévouement auprès des malades durant l'épidémie de choléra de 1832 fut exemplaire.
Il fut nommé ensuite maire de la commune.


Louis Sencert, professeur des facultés de médecine à Nancy et à Strasbourg.
Né à Viterne en 1878 ,après de brillantes études de médecine, il fut un jeune chef de clinique à la faculté de Nancy puis reçut en 1905, grâce à ses recherches sur la chirurgie de l'oesophage, la grande distinction de l'Académie Nationale de Médecine.

Ont également donné leur nom à une rue du village :
Auguste Burnot (1819-1905) - ancien Maire.
Jacques Calin  - en hommage à un ancien habitant qui aurait offert une corbeille de pièces d'or pour l'achat des cloches de l'église.
À noter qu'un autre lieu sur la commune porte son nom : le pré Jacques Calin.

Julien Joly - ancien Maire de 1945 à 1947.


Mise à jour page août 2016.




 Viterne dans les années 1920/1930

Un défilé de cartes postales inédites, datant des années 1920/1930.


 

 

 

  • Flux RSS
  • Imprimer